Signons le Pacte pour la transition! Pouvoir citoyen en marche!

J’ai beaucoup de respect pour Lise Bissonnette. Elle est une grande intellectuelle et une très bonne analyste politique qui a donné beaucoup au Québec comme directrice du Devoir puis, de la Grande Bibliothèque. Mais, il peut lui arriver de déraper et de s’enfarger dans les fleurs du tapis. Sa sortie du lundi 12 novembre à l’émission Midi-Info à la radio de la SRC contre Dominic Champagne et le Pacte pour la transition était pitoyable et mesquine. En gros — et grossièrement —, elle disait voir dans cette action un geste mégalomane et unilatéral de Dominic Champagne, omettant de dire que 400 autres artistes et personnalités publiques — comme Hubert Reeves, Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations, Janette Bertrand, Richard Desjardins, Normand Baillargeon et plusieurs scientifiques réputés ont co-signé le pacte. Son collègue Yves Boisvert a tenté de tempérer et de défendre — très tièdement — le pacte, se payant la tête du couple Cloutier-Morissette par la même occasion, mais c’était trop peu, trop tard. Du sous-Bissonnette! Et du sous-Radio-Canada. J’espère que Manon Globensky, qui remplaçait ce jour-là Michel C. Auger, a eu un peu honte après ce vaudeville.

Ça m’agresse pas mal les réactions de certaines personnes — comme Lise Bissonnette, mais d’autres moins réputées — qui n’aiment pas — ou sont déstabilisées par — le Pacte pour la transition. D’autres se font forts de se vanter de faire ceci et cela dans leur quotidien pour justifier leur désolidarisation et leur refus de signer le pacte. Ne le signez pas, restez sur vos positions, mais c*** nous patience avec vos scrupules et vos attaques mal dirigées. On est 178 500 à l’avoir signé et on peut continuer sans vous.

Ceci vociféré, j’ai toujours beaucoup de respect pour Lise Bissonnette. Elle a droit comme tout le monde d’être à côté de ses pompes une fois de temps en temps…

Alors que certains comme Lise Bissonnette — il n’est pas trop tard pour changer de position, chère madame — voient le Pacte pour la transition comme une action moralisatrice centrée sur un seul porteur, d’autres, comme Marc Cassivi, le voient comme un défi, qui lui rappelle le Refus global de 1947, dans une chronique parue le 11 novembre. « Si le Pacte était un examen, je n’aurais peut-être même pas la note de passage. Heureusement, le Pacte n’est pas une injonction. C’est un défi. Que l’on peut se lancer à soi-même, si tant est que l’on en ait envie. C’est un très petit pas pour l’homme et surtout pour l’humanité (…) »

Signons ce pacte et partageons-le le plus largement possible. 106 000 signatures ont été recueillies en un peu plus de 24 heures et nous en sommes plus de 180 000 à l’avoir fait après cinq jours. Quand les gouvernements constateront que nous sommes plusieurs centaines de milliers, voire un million de personnes à l’avoir signé, ils seront bien obligés de nous obéir et de prendre des mesures pour contrer le réchauffement climatique, pour respecter la planète et la vie.

Le pacte est une extraordinaire façon de faire valoir le véritable pouvoir citoyen. Et la mobilisation citoyenne d’envergure qu’il génère facilitera la tâche des juristes qui veulent déposer un recours collectif pour forcer les gouvernements du Québec et du Canada à adopter des mesures concrètes pour stopper, notamment, l’insensé et anti-environnemental projet du pipeline Trans Mountain du gouvernement Trudeau.

En marche, citoyennes et citoyens!

Dur lendemain d’élection, mais…

Dur lendemain d’élection! Le parti le moins engagé dans la protection de l’environnement forme un gouvernement majoritaire et est en place pour quatre ans. Là où c’est intéressant, c’est que ça appelle à une vigilance et à une mobilisation qui remettront l’engagement citoyen au premier plan. Des projets comme Énergie Est et les forages sur Anticosti ou, il y a plusieurs années, un projet de centrale thermique à Beauharnois et un autre de privatisation d’une partie du parc national du Mont Mégantic pour du développement immobilier ont été abandonnés en raison des fortes pressions citoyennes. Debout!

Québec solidaire a fait élire 10 députés dont quatre à l’extérieur de Montréal, c’est un grand pas. Malgré sa déconfiture, les neuf députés qui restent du parti Québécois sont toutes des personnes de grande valeur, qui ont le coeur et la tête à gauche. Il va falloir que ces deux partis se parlent. Ils partagent trop d’objectifs communs pour ne pas mettre fin à leurs chicanes stériles qui ne servent absolument pas le bien commun. Le poids de l’opposition ne semble pas lourd devant deux partis de droite qui forment le gouvernement et la première opposition. Mais avec un grand mouvement citoyen derrière, la CAQ et le PLQ n’ont qu’à bien se tenir.

 

Votons progressiste

Dans l’optique où un mouvement populaire se forme en faveur d’un vote progressiste (pour le parti Québécois, là où Québec solidaire n’a aucune chance d’être élu et pour Québec solidaire là où le PQ ne peut espérer la victoire), voici quelques circonscriptions électorales ou un vote progressiste pourrait avoir un résultat concret.

Bien sûr, une telle stratégie est, à court terme, plus avantageuse pour le PQ, qui pourrait faire élire plus de députés, que pour QS, mais cela pourrait tout de même permettre à ce parti de faire élire 8 à 9 députés — ils sont actuellement 3 — au lieu des 5 ou 6 que prévoient tous les sondages. Des comtés comme Jean-Lesage, dans la région de Québec et Maurice-Richard, dans Montréal-Est, pourraient être remportés par QS.

Il peut être difficile pour les sympathisants de QS de voter PQ, après les attaques subies la semaine dernière de la part de Jean-François Lisée, puis par le sinistre Gilles Duceppe, mais reconnaissons que QS ne s’est pas gêné pour attaquer le PQ dans les dernières années (droite, identitaire, raciste, etc). Rappelons-leur aussi que le chef Lisée n’est pas le PQ et que Duceppe est hors-circuit depuis longtemps et qu’il ne joue plus aucun rôle en politique québécoise.

La question cruciale que doivent se poser les militants QS est : Le Québec sera-t-il mieux servi par une opposition qui comporte 7, 8 ou 9 députés solidaires et 22 à 25 députés péquistes issus de deux partis souverainistes qui ont pris des engagements en faveur de l’environnement, de l’éducation, du salaire minimum à 15 $ ou par un plus grand nombre de députés caquistes et libéraux ou peut-être même, si la division du vote progressiste perdure ou s’accentue, par un gouvernement majoritaire dirigé par l’un ou l’autre de ces partis de droite?

Pour chaque candidat PQ ou QS élu, c’est un caquiste ou un libéral de moins au gouvernement!

Les statistiques qui suivent proviennent du site tooclosetocall.ca (beaucoup plus crédible, à mon avis, que Québec125.com)

Comtés que pourrait gagner le PQ si les sympathisants QS votent PQ

POINTE-AUX-TREMBLES (Jean-Martin Aussant, pour le PQ)
PQ : 32,8  CAQ : 30,6  QS : 20,1

SAINT-JÉRÔME (Pour la CAQ, Youri Chassin, « apôtre » de la droite économique)
CAQ : 40,5 PQ : 32,7  QS 13,1

JOLIETTE (Véronique Hivon, pour le PQ)
PQ : 45,9  CAQ : 37  QS : 18

VERCHÈRES
CAQ : 37,9  PQ : 35,5  QS : 12,5

TAILLON
CAQ : 32,6  PQ : 26,9 QS : 17,8

RICHELIEU
CAQ : 38,3  PQ : 28,8  QS : 14

BEAUHARNOIS
PQ : 33,5  CAQ : 31,4  QS : 12,3

JONQUIÈRE
CAQ : 34,2  PQ : 32,8  QS : 16,2

DUBUC
PLQ : 28,2  PQ : 25,7  QS : 15,9

BERTRAND
CAQ : 37,7  PQ : 28,8  QS : 19

ÎLES-DE-LA-MADELEINE
PLQ : 39,2  PQ : 32,6  QS : 17,9

Comtés supplémentaires (en plus de 6 ou 7 prévisibles) que pourrait gagner QS si les sympathisants PQ votent QS

JEAN-LESAGE (Sol Zanetti)
CAQ 30,3  QS : 25,7  PQ : 20,7  PLQ : 20,3

MAURICE-RICHARD
PLQ : 30,3  QS : 24,2  PQ : 24,5

En conclusion, je me permets de reproduire ici un texte du créateur, metteur en scène et activiste Dominic Champagne, qui exprime parfaitement comment bon nombre d’électeurs progressistes se sentent à deux jours de l’élection de 2018.

si j’étais dans gouin je voterais pour gabriel nadeau-dubois de qs !
si j’étais dans pointe aux trembles je voterais jean-martin aussant du pq
si j’étais dans taschereau je voterais catherine dorion de qs
si j’étais dans prévost je voterais paul st-pierre plamondon du pq
si j’étais dans jean-lesage je voterais sol zanetti de qs
si j’étais dans johnson je voterais jacques tétreault du pq
si j’étais dans hochelaga-maisonneuve je voterais alexandre leduc de qs
si j’étais dans st-hyacinte je voterais pour daniel breton du pq
si j’étais dans sainte-marie saint-jacques je voterais pour manon massé
si j’étais dans joliette je voterais pour véronique hivon du pq
si j’étais dans mercier je voterais pour ruba ghazal de qs
si j’étais dans rosemont, je voterais… pour marissal et pour lisée (juste pour leur faire sentir le prix de cette division)

je ne peux pas croire que les forces progressistes 
se divisent autant 
et n’arrivent pas à s’entendre sur un minimum décent
pour que ces femmes et ces hommes de bonne volonté 
qui ont à coeur la défense du bien commun 
puissent exercer le pouvoir entre notre nom
et qu’il y ait, ne serait-ce qu’une priorité accordée
à la transition écologique, à l’éducation et à la réforme du scrutin

il y a dans les programmes de qs et du pq suffisamment de consensus
pour un beau gros mandat

en lieu et place de l’aristocratie libérale 
qu’on risque maintenant de remplacer
par les parvenus de la CAQ qui n’ont aucune considération pour l’environnement…

tout ce chamaillage me désespère…
encore une fois à cette élection
je me sens orphelin d’une force politique 
représentative de nos aspirations
susceptible de former un gouvernement majoritaire

je serai dans la rue demain à manifester pour que la planète s’impose dans cette campagne, à m’indigner contre l’engeance qui ramènera les mercenaires au pouvoir
encore une fois…

je crains fort qu’il faudra malheureusement continuer de s’indigner

mais il faudra surtout nourrir notre capacité à nous rallier

à notre capacité d’indignation devra répondre 
notre capacité de rêver ensemble
pour nourrir l’idéal de ce monde 
dans lequel nous voulons vivre

sans quoi nous continuerons de nous enliser
héritiers d’une tranquillité sans révolution
dans le confort et l’indifférence

  • Dominic Champagne

Lisée n’est pas le PQ; QS n’est pas Châteauneuf. Votons progressiste!

La phrase qui a été la plus dite ou écrite depuis quelques jours est sans nul doute : « Quelle mouche a piqué Lisée ? » Et personne, sinon lui — et encore! — n’a la réponse. Ses conseillers ont échappé ses rênes. Il a décidé seul d’aborder la dernière semaine de la campagne en loose canon, en kamikaze, pour le meilleur et pour le pire. Et il y a fort à parier que ça sera pour le pire, ce qui en dit long sur l’esprit d’équipe de ce chef qui, en bout de ligne, s’avère déficient pour son parti! Un suicide politique, ça se commet seul!

Pour dire vrai, même si je n’aime pas particulièrement Vincent Marissal, dont le parcours politique — passer du Parti libéral du Canada de Justin Trudeau à Québec solidaire — me répugne, j’en viens presque à souhaiter que Jean-François Lisée soit battu dans Rosemont pour que le Parti québécois en soit débarrassé!

Le sphinx reste imperméable aux nombreuses critiques qui fusent de toutes parts et poursuit sa pathétique croisade contre Québec solidaire, qu’il présente comme un sinistre repère de communistes assoiffés du sang des entreprises privés et des épargnes des gagne-petits. On n’est pas loin du maccarthysme ou du moins, des discours que faisaient en 1970 des dinosaures de l’Union nationale — disparue depuis! — en comparant le PQ aux communistes de Castro à Cuba.

Les récentes sorties de Lisée ne valent pas mieux que celles de Philippe Couillard quand il agite les spectres d’un référendum ou des expulsions d’immigrants. Petite politique, politique de peur, politique mesquine. Et Lisée l’a prouvé pendant la course à la chefferie du PQ, il peut être très mesquin et sournois quand il croit que cela peut le servir. Associer son adversaire Alexandre Cloutier, un militant digne et intègre, à l’imam radical Adil Charkaoui était un coup bas qui l’a servi, lui, bien plus que son parti. Et c’est encore ce qu’il fait aujourd’hui; il attaque à sa gauche et se fait dépasser par la droite et son plan de match nuit à plusieurs candidates et candidats du PQ. Jacques Parizeau aurait dit de Lisée qu’il s’auto-peluredebananise!

Que Québec solidaire abrite dans ses hautes sphères décisionnelles quelques porteurs égarés — pour ne pas dire attardés — d’idéologies marxiste, trotskyste ou tuttiquantiste d’extrême gauche est très probable; le PQ n’a pas l’exclusivité des relents passéistes et il ne faut pas être le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre ça. Mais présenter ce parti issu de la fusion de plusieurs mouvements de gauche comme un parti marxiste téléguidé par un quelconque politburo relève de la paranoïa. C’est du même coup considérer des gens comme les ex-députés Amir Khadir et Françoise David et les Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois et autres Catherine Dorion comme de vulgaires pions manipulés par un pouvoir occulte. C’est méprisant!

Non, Québec solidaire ne se prépare pas à ancrer le cuirassé Potemkine devant le port de Montréal et ses membres auront toujours la possibilité de renvoyer les vieux chefs ronger leur frein dans les oubliettes de leur courte histoire.

Ce que devra aussi faire le PQ au lendemain de l’élection du 1er octobre.

Résignons-nous, le Québec sera dirigé pendant un certain temps par un gouvernement de droite, qui sera de la CAQ ou du PLQ, mais il y a de fortes chances que ce gouvernement soit minoritaire. Il est donc important que les deux partis plus à gauche sur l’échiquier politique, le PQ et QS, constituent une balance du pouvoir solide.

Que le Parti québécois soit relégué à la position de deuxième opposition avec moins de vingt députés élus n’est pas un drame en soi, pourvu que restent dans la frêle barque — car c’est bien ce qu’est devenu le PQ — les Véronique Hivon, Jean-Martin Aussant et Catherine Fournier, pour nommer les plus connus, et des députés de cœur comme Martin Ouellet, dans René-Lévesque, sur la Côte Nord, Harold LeBel, dans Rimouski — reconnu par l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale comme celui qui représente le mieux son comté — et plusieurs autres, des personnes intègres, résolument à gauche, au moins autant que plusieurs candidats et candidates QS, qui méritent pleinement d’être élus dans leur comté respectif. Ce sont de telles personnes qui pourront dépoussiérer la demeure du PQ et la débarrasser de ses fantômes agitateurs de vieilles peurs pour remettre le parti sur les rails qui mènent à la véritable social-démocratie dont les Boisclair, Marois, Péladeau et autres Drainville l’ont éloigné. Remarquez que je ne place pas Jean-François Lisée parmi ces derniers, car je le considère, malgré tous ses défauts, comme un véritable homme de gauche. Ce n’est pas là que réside son principal problème. Il n’est pas le capitaine dont ce parti a besoin pour se reconstruire, il n’est pas un rassembleur.

Ce capitaine, « cette capitaine », devrais-je dire, est déjà en place. Elle s’appelle Véronique Hivon.

Jean-François Lisée a prouvé dans la dernière semaine qu’il était trop vaniteux et orgueilleux pour lancer un cri de ralliement aux votants, principalement aux jeunes de 18 à 34 ans qui, selon certains sondages, seraient tentés de voter pour les libéraux ou la CAQ, pour les inciter à « voter progressiste ». Ses récentes attaques contre QS rendent caduque une initiative populaire, solidaire et surtout très humble qui aurait peut-être pu mener à des résultats surprenants.

Souhaitons maintenant que les jeunes et les plus vieux dont le cœur bat toujours à gauche fassent le choix par eux-mêmes, sans avoir d’appel en ce sens, de VOTER PROGRESSISTE, quitte à faire un petit saut vers la gauche ou vers le centre. Les partis ne veulent pas faire d’alliances stratégiques ? Bloquons alors la droite sur une base individuelle en votant pour le PQ là où Québec solidaire n’a aucune chance de remporter l’élection et où des courses serrées se jouent entre la droite et le PQ — par exemple à Saint-Jérôme, où il faut bloquer Youri Chassin, apôtre de la droite économique de la CAQ, à Pointe-aux-Trembles et Marie-Victorin, là où Jean-Martin Aussant et Catherine Fournier doivent être élus et à Rimouski, avec Harold LeBel. Et en votant QS là où le PQ n’a aucune chance et que Québec solidaire est en position de victoire, comme dans la région de Québec, dans Taschereau, pour Catherine Dorion, et dans Jean-Lesage, pour Sol Zanetti, ou dans la circonscription de Maurice-Richard, dans Montréal-Est, pour Raphaël Rebelo.

Pour tout péquiste ou solidaire élu, c’est un caquiste ou un libéral de moins au gouvernement. Et n’oublions pas que Jean-François Lisée n’est pas le PQ, pas plus que Québec solidaire n’est son chef, dit trotskyste, Gaétan Châteauneuf.

Coups de gueule, élections 2018

Je reprends le stylo pour vous livrer quelques thérapeutiques coups de gueules sur la campagne qui nous mènera aux élections du 1er octobre. N’hésitez pas à partager ce texte — si vous partagez bien sûr mes opinions.

J’ajouterai de courts textes au fur et à mesure qu’avancera la campagne. Ils sont placés du dernier au premier, vous pouvez donc les lire en partant de la fin ou du début, comme vous voulez. Et vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Je vous invite aussi à lire — ou à relire — mon article de 2014  Lettre à ma fille, désarroi et désillusion, écrit suite à l’élection du PLQ cette année-là, qui dresse un portrait bien personnel des 35 dernières années dans la politique québécoise.

 

18 septembre

Le parti libéral vous entend!

Dans une nouvelle publicité, des candidats du parti libéral s’adressent aux électeurs. Dominique Anglade promet 300$ par enfant par année (82 cennes par jour…) et sur les soins aux aînés, Gertrude Bourdon dit « On vous entend! ». En cela, elle serait une digne successeure du ministre Barrette; entendre, c’est la faculté de percevoir par l’ouïe, écouter, c’est prêter attention, recueillir des témoignages, des informations… Depuis 15 ans, le parti libéral vous entend!

 

17 septembre

Legault, je ne te donne pas le go!

Je regarde François Legault en entrevue au téléjournal et je réalise que j’ai autant envie de l’avoir comme Premier ministre du Québec que j’avais envie d’avoir Stephen Harper comme PM du Canada…

La CAQ veut rouvrir le Parc national du Mont-Tremblant aux motoneiges.

La CAQ veut reprendre les forages pétroliers et gaziers sur l’Île Anticosti.

François Legault, chef incontesté de la CAQ, s’est toujours dit favorable à la construction du pipe-line Énergie Est qui passait sous le fleuve et 800 cours d’eau du Québec pour exporter à l’étranger le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta. Ce projet a été abandonné suite aux nombreuses contestations citoyennes et politiques. Que ferait François Legault s’il était élu ?

4 septembre

Message à Amir Khadir, député retraité de Québec solidaire

Bonjour Monsieur Amir,
Juste quelques mots pour vous dire que j’ai beaucoup apprécié vos observations sur la campagne dans le Devoir de ce matin. Quand vous dites : « [Le parti] doit concentrer ses efforts dans les comtés où il a des chances de faire des bons scores sinon de surprendre, — et moi j’en vois au moins une dizaine si n’est pas une quinzaine — […] plutôt que de s’éparpiller à travers le Québec
Je sais que QS a refusé de faire des alliances avec le PQ et je comprends bien cette position. Mais en tant que parti de gauche, QS devrait faire ce qu’il faut pour empêcher que des gens véritablement de gauche qui sont toujours au sein du PQ soient battus par des CAQ. Je pense bien sûr (et vous le savez déjà) à Jean-Martin Aussant et Véronique Hivon, dans Pointe-aux-Trembles et Joliette, mais aussi au candidat du PQ dans St-Jérôme que je ne connais pas, mais on est ici dans la dynamique contraire, c’est-à-dire empêcher l’élection d’un apôtre de la droite comme Youri Chassin! Dans ces trois comtés, QS est à 7, 8 ou 10% dans les intentions de vote et n’a donc aucune chance de l’emporter, mais ce pourcentage est juste assez élevé pour avoir un impact réel sur l’élection : un caquiste ou un péquiste (de gauche). De même, dans des comtés comme Laurier-Dorion, Maurice-Richard où le PQ n’a aucune chance alors que QS pourrait l’emporter, le PQ devrait favoriser l’élection du candidat solidaire. Même dans Taschereau, où la lutte est très serrée, le PQ, qui est 3e, pourrait — devrait — aider à ce qu’une personne de la valeur de Catherine Dorion soit élue.
Maintenant, comment faire cela sans qu’il y ait d’alliance formelle? Bonne question! Les candidats en 3e place font une campagne moins présente? Ils recommandent à ceux qui les appuient de faire un choix qui aidera la circonscription à avoir le ou la meilleur-e député parmi les candidats qui ont de réelles possibilités d’élection.
Bien sûr, il y a la fameuse question du 15 % de vote qui permet un remboursement des dépenses du candidat. Mais on est ici dans une question financière qui ne devrait même pas valoir quand on parle d’intérêt supérieur de la nation.
Chose certaine, le Québec sera toujours mieux avec plus de députés QS et plus de péquistes de gauche que de caquistes et de libéraux. Et si la tendance actuelle vers la droite (que ce soit la CAQ ou le PLQ blanc bonnet-bonnet blanc) ne peut pas être inversée, des stratégies d’élection de QS et du PQ pourraient donner un gouvernement minoritaire où les partis qui ont peu de candidats ont une force réelle qu’on appelle la balance du pouvoir.
Merci de m’avoir lu, bonne journée.

 

31 août

Opportunisme crasse à Pointe-aux-Trembles 

L’élection dans Pointe-aux-Trembles est du genre à écœurer les gens, les jeunes particulièrement, du processus même de voter. Une véritable caricature de démocratie. La candidate de la CAQ est Chantal Rouleau, qui a été élue en novembre dernier mairesse d’arrondissement avec ce qui reste de l’équipe Coderre. Aujourd’hui, elle dit aux gens : « vous m’avez élue mairesse il y a 10 mois, mais finalement, j’ai peut-être plus envie d’être député! Si je gagne, je démissionnerai de la mairie et vous paierez pour une autre élection et je serai votre député. Mais si je perds, je resterai votre mairesse ».  L’opportunisme le plus crasse! Aucune éthique, aucun respect, une seule conviction : être élue au poste qui lui donnera le plus de pouvoir, celui qui servira le mieux son image.

Mairesse d’arrondissement, pffff, de la petite bière, député, c’est bien mieux! Déjà en 2013, Chantal Rouleau avait quitté le parti Vision Montréal pour qui elle avait été élue en 2010, pour se joindre à l’Équipe Coderre, qui pointait alors dans les sondages en vue de l’élection municipale de 2014… Vous avez dit opportuniste ?

C’est Jean-Martin Aussant qui est actuellement deuxième dans Pointe-aux-Trembles, environ 3 points derrière « la mairesse », selon les sondages. Et Québec solidaire ferme la marche avec environ 10% des intentions de vote. Sans parler ici d’alliance, ce dont QS ne veut rien savoir, les militants devraient faire une démarche personnelle pour contrer cette mascarade de démocratie. Et ceux qui désertent un parti ou un autre et ont choisi la CAQ pour « avoir du changement » devraient aussi se questionner sur cette candidate opportuniste. Est-ce vraiment ce genre de changement qu’ils veulent?

POUR QUI ? POURQUOI ?

ARTICLE PARU À LA UNE DU JOURNAL LE MOUTON NOIR, Mai-juin 2016

« Il est intéressant votre projet de réaménagement du camp musical, madame, mais il va vous falloir une étude de marché… »

« Votre projet est en tous points conforme avec les orientations stratégiques de notre ministère, messieurs, nous attendons votre plan d’affaires pour décider si nous allons de l’avant… »

Jacques Bérubé

Et pour le projet de réfection de la cathédrale Saint-Germain…

Alors que la cathédrale Saint-Germain trône depuis deux ans en plein cœur du centre-ville de Rimouski, entourée de barrières de sécurité et corsetée de filets verts pour retenir des pierres qui risquent de tomber, un groupe de gens d’affaires, de gestionnaires culturels et d’architectes ont récemment déposé un projet qui permettrait de restaurer l’église dans son ensemble, en y intégrant le projet de complexe culturel de la coopérative de solidarité Paradis, qui regroupe 14 organismes, tout en conservant un espace dévolu au culte religieux. Le projet est ambitieux, certes, mais il a toutes les chances de se concrétiser parce que, d’une part, le financement du réaménagement intérieur est pratiquement acquis par la coopérative Paradis, qui mène son projet depuis des années, et parce que, d’autre part, les projets d’infrastructures multidisciplinaires ont la cote auprès des gouvernements. Ajoutons à cela que le projet est en tous points conforme avec les objectifs du plan d’urbanisme de la Ville de Rimouski, qui vise la densification du centre-ville, et qu’il possède un extraordinaire potentiel pour enrichir et consolider la vocation de place publique culturelle du secteur de la rue Saint-Germain ouest où se trouvent déjà le Musée régional de Rimouski, la salle de spectacle, la Place-du-6-mai-1950 et la Place des anciens combattants, qu’on prévoit convertir sous peu en parc piétonnier.

Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes avec le paradis dans la cathédrale ? Et bien non. Car nous sommes à Rimouski et à Rimouski, ne l’oublions pas, qui dit projet dit contestation, opposition et polémique.

Un groupe d’opposants s’est formé et il peut compter, comme au temps de ceux qui se sont objectés durant vingt ans au projet de salle de spectacle, sur l’hebdo local qui, marchant dans les traces de son prédécesseur le Progrès-Écho — là où il y avait plus d’écho que de progrès, disait Eudore Belzile! — s’est trouvé un nouvel os à ronger et se fait fort d’attiser les braises de la contestation. Ses pages jaunes se noircissent de propos d’opposants et de sondages maison qui ont autant de valeur scientifique qu’un Big Mac a de valeur nutritive.

En gros, ce groupe d’opposants voudrait que la cathédrale soit restaurée de fond en comble et qu’on lui conserve sa vocation de lieu de culte religieux. Mais que proposent-ils comme projet, qui sont-ils et surtout, où trouveront-ils les fonds nécessaires pour le réaliser ?

Est-ce qu’on ne pourrait pas exiger, comme cela se fait pour à peu près tous les projets dans toutes les sphères de l’économie, que ces gens déposent eux aussi un projet étoffé qui serait en quelque sorte leur étude de marché ? Qui sont leurs concepteurs, leurs conseillers, leurs architectes ? Quelle expertise ont-ils ? Qui seront les utilisateurs de l’église ? Combien la fréquentaient avant la fermeture ? Combien seront-ils, l’an prochain, dans cinq ans, dans vingt ans ? Quelles activités s’y dérouleront ? Et surtout, qui seront les gestionnaires responsables de la gestion et de l’entretien de la cathédrale ? Seront-ce ceux qui lui ont fait perdre son caractère patrimonial dans les années 1960, en démantelant ses grands vitraux et en recouvrant de gypse ses murs intérieurs faits de bois lambrissé ? Seront-ce ceux qui ont laissé la cathédrale se dégrader dans les dernières années, jusqu’à ce qu’elle se retrouve dans son état actuel ? Voici les questions auxquelles doivent répondre les opposants au projet de réfection de la cathédrale qui est actuellement sur la table des décideurs publics et que même l’archevêque de Rimouski, Denis Grondin, appuie et défend ardemment.

N’en déplaise à ces opposants, la communauté chrétienne pratiquante ne possède plus la masse critique pour pouvoir exiger que les autorités, religieuses ou gouvernementales, lui confèrent les droits exclusifs d’utilisation de la cathédrale Saint-Germain. Et ceux qui prétendent représenter cette communauté sont loin d’avoir fait la preuve de leurs compétences d’administrateurs du bien public. La cathédrale appartient à l’ensemble de la population rimouskoise, croyants, non-croyants, pratiquants et non-pratiquants, et le bâtiment doit servir à une majorité de citoyens. Par ailleurs, peut-être faut-il rappeler à ces opposants fidèles que l’un des grands préceptes chrétiens dit que l’église doit ouvrir ses portes à toutes et tous ?

La coopérative Paradis pourrait bien décider de retirer ses billes — un joli sac de 9 millions $, ne l’oublions pas — pour aller se faire construire ailleurs, plutôt que de voir son projet de complexe culturel au centre-ville se faire embourber dans un magma de disputes politico-spirituelles sans fin. Où ceux qui tiennent mordicus au caractère religieux exclusif de la cathédrale trouveraient-ils alors les 15 ou 20 millions nécessaires à sa réfection ? On a beau croire aux miracles…

Bien sûr, on pourrait aussi continuer à regarder avec honte la cathédrale corsetée s’effriter pendant quelques années, puis en vendre les reliques morceau par morceau. Ou bien attendre qu’un riche promoteur immobilier s’amène pour la convertir en condos de luxe, comme ça s’est fait avec bien des églises de Québec et de Montréal.

Rimouski a souffert bien assez longtemps de l’immobilisme de ses conseils municipaux des années 1980 et 1990 et de la politique des bâtons dans les roues de ceux qui se font un devoir de freiner le développement. Il est temps que la majorité se tanne d’être silencieuse et qu’elle mette l’épaule à la roue pour appuyer les promoteurs des projets qui font avancer la ville et la région.

Musique et mots pour la tête et le coeur

Comme j’occupe maintenant un emploi à temps plein, j’ai beaucoup moins de temps à consacrer à mon blogue. Mais… un texte paru plusieurs semaines avant la dernière élection fédérale, ça commence quand même à faire, comme on dit…

Je reproduis donc ici deux critiques parues dans le journal Le Mouton NOIR dans les dernières semaines. La première parle d’un magnifique disque de jazz, GLORIA, du guitariste et compositeur montréalais Sylvain Picard et la seconde porte sur le recueil des « Chroniques d’un faux docteur de campagne » écrites par Pierre «Docteur» Landry, parues dans Le Mouton NOIR de 1999 à 2015,

Je vous souhaite beaucoup de bonheur à écouter et lire ces deux belles oeuvres.

GLORIA

Sylvain Picard
Note Musik

Sylvain Picard est l’un des secrets les mieux gardés du jazz au Québec. Et comme le jazz au Québec relève parfois lui-même du secret, notre type, guitariste compositeur de son état, commence à être difficile à tracer. Bien sûr, la présence d’un bon et grand festival de jazz en cette cité — dite du bonheur — de Rimouski pourrait aider à la découverte, mais… pas t’encore. Mèche allumée.

J’ai connu Sylvain Picard par l’album de son trio, Airs à faire frire, librement inspiré de la suite Airs à faire fuir d’Érik Satie et saluant tout autant son professeur de kung fu que Saint-Exupéry et les réalisateurs de films expérimentaux. Une belle trouvaille qui rappelait au vieux rocker que je suis une certaine époque de King Crimson mais aussi la musique bigarrée dite « jazz blanc » des Terje Rypdal et autres Abercrombie de l’écurie ECM.

Sa dernière œuvre, Gloria, a été produite par Note Musik, de Rimouski. La composition et l’enregistrement —impeccable! — de Gloria découle d’une commande de « messe jazz de rite catholique romain » reçue de l’église Gésu, qui est aussi une salle de production culturelle, de Montréal. Mais attention, ce n’est pas un disque pour grenouilles de bénitier et les amateurs de belle musique, mécréants compris, y trouveront leur compte. C’est un album concept défini par son compositeur comme « une suite jazz luxuriante de 10 films pour l’oreille joués par quatre musiciens complices ». Outre Sylvain Picard à la guitare et à la composition, les autres célébrants — ceci était ma dernière allusion cléricale  — sont Yannick Rieu aux saxophones, Maxime St-Pierre à la trompette et au flügelhorn et Guy Boisvert à la contrebasse. Belle brochette!

Oui, les titres réfèrent à une messe : Kyrie, Agnus Dei, Offertoire, Psaume, Action de Grâce, etc. mais j’oserais dire que ce sont là les seules référence à l’église. Dans le livret, Sylvain Picard parle de l’une de ses intentions de création — pour la pièce Alléluia — : dépeindre musicalement l’émotion vivifiante que l’on ressent en contemplant les jeux d’ombre et de lumière dans les feuilles, les fleurs et les fruits d’un arbre luxuriant.

Ça coule, ça transporte, ça touche, ça atteint son but. Nous sommes avec Gloria en contact intime avec une grande œuvre musicale, recherchée et très inspirée. C’est d’ailleurs probablement dans ce dernier qualificatif que réside sa connotation la plus spirituelle.

CHRONIQUES D’UN FAUX DOCTEUR DE CAMPAGNE

Le Mouton NOIR 1999-2015

Pierre Landry
Éditions Trois Pistoles

Ce recueil des Chroniques d’un faux docteur de campagne, de Pierre « Docteur » Landry, édité par Les Éditions Trois-Pistoles, a été lancé au début novembre 2015, en plein Salon du livre de Rimouski, dans une indifférence quasi-généralisée. Même le journal que vous avez entre les mains, qui les publie depuis 16 ans, n’en a pas parlé. Et pourtant. Non seulement celui qui est maintenant le vénérable et invétéré vétéran des pages du Mouton NOIR méritait un bien meilleur traitement — il a aussi publié un essai-anthologie de 400 pages sur ledit journal en 2005 et assumé la rédaction en chef par intérim à deux reprises —, mais son recueil est en soi un petit bijou. Mais nul n’est prophète dans son pays, dans sa région ou sa campagne. Alors voici donc — vieux motard que jamais — la recension de ce juteux ouvrage, qui ramène à la surface, pour notre plus grand plaisir, 16 années de chroniques ludiques, cyniques et mordantes, mais aussi d’une grande qualité littéraire.

Ce qui est particulièrement intéressant et agréable avec ce recueil, c’est qu’on peut l’ouvrir au hasard à n’importe quelle page et, après un petit ajustement d’une ou deux pages pour partir au début d’une chronique, on se tape un voyage dans le temps dans ce qui était l’actualité sociale, culturelle et politique de 1999, 2007, 2003, 2011, tout dépendant où vous posez le doigt. Des chroniques qu’on peut lire à la volée, quoi. De belles relectures pour ceux qui, comme moi, lisent assidument les chroniques du docteur depuis 16 ans et de belles découvertes pour ceux qui ne le font que depuis peu ou qui le feront désormais, suite à la dégustation qu’ils feront de ce livre.

Pour la petite histoire, disons que le Docteur Landry a vu pleuvoir — et neiger et grêler et… vous pouvez ajouter ici ce que vous voulez. Il sévissait jadis en tant que tiers de la Sainte-Trinité, que complétaient Plume Latraverse et Pierrot Léger. Après l’obtention d’une maîtrise en études littéraires à l’UQAM, Pierre Landry a posé ses pénates avec sa douce à Saint-Alexandre-de-Kamouraska où il a fait — et fait toujours — mille métiers : pépiniériste, marchand d’antiquités, « rédocteur »-en-chef, auteur, bien sûr, mais aussi pendant quelques années, directeur du Musée du Bas-Saint-Laurent de Rivière-du-Loup.

Voici ce que notre cher Boucar Diouf dit de Pierre Landry et de ses chroniques : « Ce docteur est un mouton noir parmi les médecins. Un des rares soignants à demander haut et fort à ses compagnons de refuser d’avaler passivement la pilule que les décideurs politiques et autres groupes d’intérêt proposent pour faire accepter l’innaceptable. Ses prescriptions sont une mine d’or pour tous ceux qui cherchent à élargir leur vision (…).

Voilà, à vous maintenant de goûter à la médecine du Docteur Landry, pour le plus grand bien de votre santé mentale.

Jacques Bérubé

jacques.hugb@gmail.com