C-10 : Canada hargneux, revanchard, à reculons.

Par Jacques Bérubé

Je reproduis ici, sans aucun changement, le texte que j’avais écrit en juin 2001, pour ma chronique Le Stylo sauvage pour le journal Le Mouton NOIR.
Ce texte fut écrit en réaction au durcissement de la loi sur les jeunes contrevenants par le gouvernement fédéral, qui était alors libéral. La loi C-10 des conservateurs de Stephen Harper, qui vient d’être adoptée en première lecture est encore plus répressive et contraire aux principes de réhabilitation qui sont à la base des lois québécoises.

« On va t’en crisser une pour t’apprendre à plus être violent ». Voici la nouvelle approche canadienne auprès des jeunes contrevenants.

La loi du talion, la loi du plus fort, du père qui fait marcher à coups de claques en arrière de la tête. La Loi du Texas.

Que le Québec ait le plus bas taux de récidive chez les jeunes contrevenants de ce pays rabouté, disparate et dysfonctionnel ; que tous les intervenants sociaux et politiques — jusqu’à l’hyperopportuniste Jean Charest — aient fait front commun pour s’opposer au répressif canadian project ; rien n’a empêché le gouvernement de Jean Chrétien d’adopter une loi abjecte qui méprise les jeunes et va à l’encontre des principes de réhabilitation sociale.

Plus que jamais, le Canada vient de faire du Québec une société distincte. Et dans le même temps, le Canada refuse des visas à des comédiens rwandais invités au Festival de théâtre des Amériques tout en protégeant sous son sein chaud, à Québec, un criminel hutu ayant appelé au génocide des Tutsis. Et qui défend ce type ? Le pitre Guy Bertrand, l’un des nouveaux prêtres du Canada fédéral packing. Aujourd’hui, le Canada me donne mal au cœur.

L’approche québécoise

Laissez-moi vous raconter l’histoire de ce « jeune contrevenant » que j’ai beaucoup cotoyé dans la mienne, de jeunesse, un jeune ayant eu affaire à la justice du Québec des années 70. Comme tant d’autres, il avait commis, avec ses chums, certains larcins après une ou deux bières prises dans des bars qui ne demandaient pas les cartes et après quelques joints. De sorte qu’un matin, l’un de ses ex-entraîneurs au hockey avait sonné chez ses parents. L’ex-entraîneur était avec un collègue de travail; ils portaient uniformes et casquettes et ce n’était point des facteurs.

Il était tôt et le jeune ami n’avait pas discuté avec les policiers, trop pressé qu’il était de quitter le foyer familial avant que son père ne sorte de la douche. Il prit donc place à l’arrière de la voiture bleue et blanche et fut reconduit au poste par ses deux chauffeurs, après avoir cueilli deux autres chums au passage.

Arrivés, ils retrouvèrent trois ou quatre autres membres du « réseau démantelé ». C’est ainsi que les appelaient les nouvelles à la radio depuis le matin. Et comme aucun de la gang n’était ni dans l’autobus, ni à l’école ce matin-là, l’équation fut facile à faire… Bref !

Assis dans le hall d’accueil, dans l’attente de son « entrevue », il blêmit en voyant se stationner la voiture de son père. Une fois celui-ci à ses côtés, il fut surpris d’entendre : « je ne t’accablerai pas, je vais essayer de te comprendre ». Il rencontra ensuite Grégoire Mercier, le policier-éducateur.

Puis, toujours avec ses chums, plus chums que jamais, il avait passé les différentes étapes de la « cour juvénile » : procès à huis-clos, agent de probation — qui lui souriait chaque fois que le jeune le repérait dans sa « filature » —, rentrée à la maison avant dix heures tous les soirs, retour devant le juge et fin de l’histoire.

Puis, il avait décidé de s’amuser autrement. Car c’était bien de cela qu’il s’agissait. Et qu’il s’agit toujours dans 95 % des cas de criminalité chez les jeunes. Mais cela, encore faut-il être en mesure de le comprendre…

Ce jeune et tous ses chums font aujourd’hui partie des statistiques de la non-récidive. Ils ont tous fait leur chemin et pris des tournures différentes. Sans doute qu’aucun d’entre eux n’est riche aujourd’hui, mais aucun d’entre eux n’a de passé « criminel » autre que celui dont je vous ai entretenu.

Lui, mon jeune, je le croise encore souvent. En fait, il est toujours mon chum et est toujours rebelle un brin. Il a mûri, ne s’est pas trop assagi, a pris du poids — le poids de son âge, dit-il — et il a deux enfants.

Et aujourd’hui, le Canada lui donne mal au cœur.

Une réflexion sur “C-10 : Canada hargneux, revanchard, à reculons.

  1. Excellent. On a des innommables au parlement. Pour combien de temps encore?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s