POUR QUI ? POURQUOI ?

ARTICLE PARU À LA UNE DU JOURNAL LE MOUTON NOIR, Mai-juin 2016

« Il est intéressant votre projet de réaménagement du camp musical, madame, mais il va vous falloir une étude de marché… »

« Votre projet est en tous points conforme avec les orientations stratégiques de notre ministère, messieurs, nous attendons votre plan d’affaires pour décider si nous allons de l’avant… »

Jacques Bérubé

Et pour le projet de réfection de la cathédrale Saint-Germain…

Alors que la cathédrale Saint-Germain trône depuis deux ans en plein cœur du centre-ville de Rimouski, entourée de barrières de sécurité et corsetée de filets verts pour retenir des pierres qui risquent de tomber, un groupe de gens d’affaires, de gestionnaires culturels et d’architectes ont récemment déposé un projet qui permettrait de restaurer l’église dans son ensemble, en y intégrant le projet de complexe culturel de la coopérative de solidarité Paradis, qui regroupe 14 organismes, tout en conservant un espace dévolu au culte religieux. Le projet est ambitieux, certes, mais il a toutes les chances de se concrétiser parce que, d’une part, le financement du réaménagement intérieur est pratiquement acquis par la coopérative Paradis, qui mène son projet depuis des années, et parce que, d’autre part, les projets d’infrastructures multidisciplinaires ont la cote auprès des gouvernements. Ajoutons à cela que le projet est en tous points conforme avec les objectifs du plan d’urbanisme de la Ville de Rimouski, qui vise la densification du centre-ville, et qu’il possède un extraordinaire potentiel pour enrichir et consolider la vocation de place publique culturelle du secteur de la rue Saint-Germain ouest où se trouvent déjà le Musée régional de Rimouski, la salle de spectacle, la Place-du-6-mai-1950 et la Place des anciens combattants, qu’on prévoit convertir sous peu en parc piétonnier.

Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes avec le paradis dans la cathédrale ? Et bien non. Car nous sommes à Rimouski et à Rimouski, ne l’oublions pas, qui dit projet dit contestation, opposition et polémique.

Un groupe d’opposants s’est formé et il peut compter, comme au temps de ceux qui se sont objectés durant vingt ans au projet de salle de spectacle, sur l’hebdo local qui, marchant dans les traces de son prédécesseur le Progrès-Écho — là où il y avait plus d’écho que de progrès, disait Eudore Belzile! — s’est trouvé un nouvel os à ronger et se fait fort d’attiser les braises de la contestation. Ses pages jaunes se noircissent de propos d’opposants et de sondages maison qui ont autant de valeur scientifique qu’un Big Mac a de valeur nutritive.

En gros, ce groupe d’opposants voudrait que la cathédrale soit restaurée de fond en comble et qu’on lui conserve sa vocation de lieu de culte religieux. Mais que proposent-ils comme projet, qui sont-ils et surtout, où trouveront-ils les fonds nécessaires pour le réaliser ?

Est-ce qu’on ne pourrait pas exiger, comme cela se fait pour à peu près tous les projets dans toutes les sphères de l’économie, que ces gens déposent eux aussi un projet étoffé qui serait en quelque sorte leur étude de marché ? Qui sont leurs concepteurs, leurs conseillers, leurs architectes ? Quelle expertise ont-ils ? Qui seront les utilisateurs de l’église ? Combien la fréquentaient avant la fermeture ? Combien seront-ils, l’an prochain, dans cinq ans, dans vingt ans ? Quelles activités s’y dérouleront ? Et surtout, qui seront les gestionnaires responsables de la gestion et de l’entretien de la cathédrale ? Seront-ce ceux qui lui ont fait perdre son caractère patrimonial dans les années 1960, en démantelant ses grands vitraux et en recouvrant de gypse ses murs intérieurs faits de bois lambrissé ? Seront-ce ceux qui ont laissé la cathédrale se dégrader dans les dernières années, jusqu’à ce qu’elle se retrouve dans son état actuel ? Voici les questions auxquelles doivent répondre les opposants au projet de réfection de la cathédrale qui est actuellement sur la table des décideurs publics et que même l’archevêque de Rimouski, Denis Grondin, appuie et défend ardemment.

N’en déplaise à ces opposants, la communauté chrétienne pratiquante ne possède plus la masse critique pour pouvoir exiger que les autorités, religieuses ou gouvernementales, lui confèrent les droits exclusifs d’utilisation de la cathédrale Saint-Germain. Et ceux qui prétendent représenter cette communauté sont loin d’avoir fait la preuve de leurs compétences d’administrateurs du bien public. La cathédrale appartient à l’ensemble de la population rimouskoise, croyants, non-croyants, pratiquants et non-pratiquants, et le bâtiment doit servir à une majorité de citoyens. Par ailleurs, peut-être faut-il rappeler à ces opposants fidèles que l’un des grands préceptes chrétiens dit que l’église doit ouvrir ses portes à toutes et tous ?

La coopérative Paradis pourrait bien décider de retirer ses billes — un joli sac de 9 millions $, ne l’oublions pas — pour aller se faire construire ailleurs, plutôt que de voir son projet de complexe culturel au centre-ville se faire embourber dans un magma de disputes politico-spirituelles sans fin. Où ceux qui tiennent mordicus au caractère religieux exclusif de la cathédrale trouveraient-ils alors les 15 ou 20 millions nécessaires à sa réfection ? On a beau croire aux miracles…

Bien sûr, on pourrait aussi continuer à regarder avec honte la cathédrale corsetée s’effriter pendant quelques années, puis en vendre les reliques morceau par morceau. Ou bien attendre qu’un riche promoteur immobilier s’amène pour la convertir en condos de luxe, comme ça s’est fait avec bien des églises de Québec et de Montréal.

Rimouski a souffert bien assez longtemps de l’immobilisme de ses conseils municipaux des années 1980 et 1990 et de la politique des bâtons dans les roues de ceux qui se font un devoir de freiner le développement. Il est temps que la majorité se tanne d’être silencieuse et qu’elle mette l’épaule à la roue pour appuyer les promoteurs des projets qui font avancer la ville et la région.

5 réflexions sur “POUR QUI ? POURQUOI ?

  1. Robert Libersan dit :

    La survie de la Coopérative Paradis m’est plus importante que la survie de la Cathédrale. Pour sa pérennité, je crains que la Coop mange ses bas en s’installant dans la Cathédrale. Robert Libersan.

    • Le projet Méduse à Québec, la Fonderie Darling à Montréal, la filature à Gatineau et le Musée régional de Rimouski, pour ne nommer que ceux-là, sont tous des projets liés au recyclage du patrimoine bâti en état de perdition. Ces réalisations ont toutes au départ été qualifiées de projets de fous mais, une fois achevés, ils sont devenus d’importants points de repères dans leur ville respective. Si on peut, à la limite, aménager le Paradis dans un vulgaire bâtiment en tôle pour sauver quelques sous, on n’y retrouvera pas la charge historique et émotive qu’offre la chaleur d’un bâtiment historique comme la cathédrale. Et puis, entre la cathédrale et le Paradis, il y a déjà un air de parenté.

      Jean-Yves Vigneau, président de La filature.

  2. Mario Bélanger dit :

    Brillante et pertinente réflexion. Il ne faut pas attendre dix ans avant de redonner vie à ce bâtiment. Et c’est important que ce bâtiment ouvre ses portes à la société d’aujourd’hui et à ses besoins.

  3. genevieve Cossette dit :

    Très bon texte, Jacques. Bravo.

  4. Lucien Roy dit :

    Bonjour M. Bérubé,

    Je suis résidant de St-Anaclet et je participe à la vie de mon milieu, notamment par mon implication depuis 2004 à la Corporation du patrimoine de St-Anaclet.

    J’ai lu avec intérêt votre article paru dans l’édition de mai-juin 2016 du Mouton NOIR.
    Je partage l’essentiel de votre point de vue et l’agacement bien senti que vous exprimez à l’égard des «opposants» de Rimouski qui freinent le développement de la ville et de la région.

    J’ai noté votre mention «un projet qui permettrait de restaurer l’église dans son ensemble en y intégrant le projet de complexe culturel de la coopérative Paradis, qui regroupe 13 organismes, tout en conservant un espace dévolu au culte religieux». (Je souligne.)

    Je suis heureux de noter le passage souligné dans votre description du projet. Vous n’êtes pas sans savoir que l’archevêché (et surtout son économe Michel Lavoie, le vrai patron) voudrait se départir de la cathédrale par une formalité fort simple : la désacraliser. Une fois cette opération accomplie, le clergé pourrait s’en laver les mains et ne pas y mettre d’argent pour entretenir la cathédrale. Mais ce serait jeter le bébé avec l’eau du bain! Selon moi, il faut garder la fonction lieu de culte à la cathédrale, ne serait-ce qu’une portion congrue. Et par le fait même, forcer le diocèse à mettre la main dans sa poche.

    Je fais cette mise au point en constatant une certaine ambiguïté dans les propos échangés par les intervenants au projet. J’ai fait part de mon point de vue à M. Carl Johnson qui n’a pas manifesté de réaction, d’où ma perplexité.

    Bref, allons y au plus sacrant pour un projet de restauration qui ferait de la cathédrale un lieu multifonctionnel, incluant un espace pour des rituels à caractère religieux.

    En espérant que ce projet ne devienne pas une autre saga rimouskoise!

    Salutations.

    Lucien Roy,
    St-Anaclet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s