Lisée n’est pas le PQ; QS n’est pas Châteauneuf. Votons progressiste!

La phrase qui a été la plus dite ou écrite depuis quelques jours est sans nul doute : « Quelle mouche a piqué Lisée ? » Et personne, sinon lui — et encore! — n’a la réponse. Ses conseillers ont échappé ses rênes. Il a décidé seul d’aborder la dernière semaine de la campagne en loose canon, en kamikaze, pour le meilleur et pour le pire. Et il y a fort à parier que ça sera pour le pire, ce qui en dit long sur l’esprit d’équipe de ce chef qui, en bout de ligne, s’avère déficient pour son parti! Un suicide politique, ça se commet seul!

Pour dire vrai, même si je n’aime pas particulièrement Vincent Marissal, dont le parcours politique — passer du Parti libéral du Canada de Justin Trudeau à Québec solidaire — me répugne, j’en viens presque à souhaiter que Jean-François Lisée soit battu dans Rosemont pour que le Parti québécois en soit débarrassé!

Le sphinx reste imperméable aux nombreuses critiques qui fusent de toutes parts et poursuit sa pathétique croisade contre Québec solidaire, qu’il présente comme un sinistre repère de communistes assoiffés du sang des entreprises privés et des épargnes des gagne-petits. On n’est pas loin du maccarthysme ou du moins, des discours que faisaient en 1970 des dinosaures de l’Union nationale — disparue depuis! — en comparant le PQ aux communistes de Castro à Cuba.

Les récentes sorties de Lisée ne valent pas mieux que celles de Philippe Couillard quand il agite les spectres d’un référendum ou des expulsions d’immigrants. Petite politique, politique de peur, politique mesquine. Et Lisée l’a prouvé pendant la course à la chefferie du PQ, il peut être très mesquin et sournois quand il croit que cela peut le servir. Associer son adversaire Alexandre Cloutier, un militant digne et intègre, à l’imam radical Adil Charkaoui était un coup bas qui l’a servi, lui, bien plus que son parti. Et c’est encore ce qu’il fait aujourd’hui; il attaque à sa gauche et se fait dépasser par la droite et son plan de match nuit à plusieurs candidates et candidats du PQ. Jacques Parizeau aurait dit de Lisée qu’il s’auto-peluredebananise!

Que Québec solidaire abrite dans ses hautes sphères décisionnelles quelques porteurs égarés — pour ne pas dire attardés — d’idéologies marxiste, trotskyste ou tuttiquantiste d’extrême gauche est très probable; le PQ n’a pas l’exclusivité des relents passéistes et il ne faut pas être le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre ça. Mais présenter ce parti issu de la fusion de plusieurs mouvements de gauche comme un parti marxiste téléguidé par un quelconque politburo relève de la paranoïa. C’est du même coup considérer des gens comme les ex-députés Amir Khadir et Françoise David et les Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois et autres Catherine Dorion comme de vulgaires pions manipulés par un pouvoir occulte. C’est méprisant!

Non, Québec solidaire ne se prépare pas à ancrer le cuirassé Potemkine devant le port de Montréal et ses membres auront toujours la possibilité de renvoyer les vieux chefs ronger leur frein dans les oubliettes de leur courte histoire.

Ce que devra aussi faire le PQ au lendemain de l’élection du 1er octobre.

Résignons-nous, le Québec sera dirigé pendant un certain temps par un gouvernement de droite, qui sera de la CAQ ou du PLQ, mais il y a de fortes chances que ce gouvernement soit minoritaire. Il est donc important que les deux partis plus à gauche sur l’échiquier politique, le PQ et QS, constituent une balance du pouvoir solide.

Que le Parti québécois soit relégué à la position de deuxième opposition avec moins de vingt députés élus n’est pas un drame en soi, pourvu que restent dans la frêle barque — car c’est bien ce qu’est devenu le PQ — les Véronique Hivon, Jean-Martin Aussant et Catherine Fournier, pour nommer les plus connus, et des députés de cœur comme Martin Ouellet, dans René-Lévesque, sur la Côte Nord, Harold LeBel, dans Rimouski — reconnu par l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale comme celui qui représente le mieux son comté — et plusieurs autres, des personnes intègres, résolument à gauche, au moins autant que plusieurs candidats et candidates QS, qui méritent pleinement d’être élus dans leur comté respectif. Ce sont de telles personnes qui pourront dépoussiérer la demeure du PQ et la débarrasser de ses fantômes agitateurs de vieilles peurs pour remettre le parti sur les rails qui mènent à la véritable social-démocratie dont les Boisclair, Marois, Péladeau et autres Drainville l’ont éloigné. Remarquez que je ne place pas Jean-François Lisée parmi ces derniers, car je le considère, malgré tous ses défauts, comme un véritable homme de gauche. Ce n’est pas là que réside son principal problème. Il n’est pas le capitaine dont ce parti a besoin pour se reconstruire, il n’est pas un rassembleur.

Ce capitaine, « cette capitaine », devrais-je dire, est déjà en place. Elle s’appelle Véronique Hivon.

Jean-François Lisée a prouvé dans la dernière semaine qu’il était trop vaniteux et orgueilleux pour lancer un cri de ralliement aux votants, principalement aux jeunes de 18 à 34 ans qui, selon certains sondages, seraient tentés de voter pour les libéraux ou la CAQ, pour les inciter à « voter progressiste ». Ses récentes attaques contre QS rendent caduque une initiative populaire, solidaire et surtout très humble qui aurait peut-être pu mener à des résultats surprenants.

Souhaitons maintenant que les jeunes et les plus vieux dont le cœur bat toujours à gauche fassent le choix par eux-mêmes, sans avoir d’appel en ce sens, de VOTER PROGRESSISTE, quitte à faire un petit saut vers la gauche ou vers le centre. Les partis ne veulent pas faire d’alliances stratégiques ? Bloquons alors la droite sur une base individuelle en votant pour le PQ là où Québec solidaire n’a aucune chance de remporter l’élection et où des courses serrées se jouent entre la droite et le PQ — par exemple à Saint-Jérôme, où il faut bloquer Youri Chassin, apôtre de la droite économique de la CAQ, à Pointe-aux-Trembles et Marie-Victorin, là où Jean-Martin Aussant et Catherine Fournier doivent être élus et à Rimouski, avec Harold LeBel. Et en votant QS là où le PQ n’a aucune chance et que Québec solidaire est en position de victoire, comme dans la région de Québec, dans Taschereau, pour Catherine Dorion, et dans Jean-Lesage, pour Sol Zanetti, ou dans la circonscription de Maurice-Richard, dans Montréal-Est, pour Raphaël Rebelo.

Pour tout péquiste ou solidaire élu, c’est un caquiste ou un libéral de moins au gouvernement. Et n’oublions pas que Jean-François Lisée n’est pas le PQ, pas plus que Québec solidaire n’est son chef, dit trotskyste, Gaétan Châteauneuf.

Schizophrénie électorale

Dilemme : l’éviction ou les convictions
L’élection fédérale du 19 octobre 2015 donne du fil à retordre aux Québécois. Alors que dans le reste du Canada — ou ROC —, le vote se fera selon les même critères de choix que d’habitude, ici, au Québec, ce vote devra se faire pour plusieurs au terme d’une longue lutte intérieure entre les convictions et le désir de voir le réactionnaire en chef Stephen Harper et ses dinosaures bitumineux être envoyés aux oubliettes.

Au Québec, en temps d’élection plus particulièrement, la sempiternelle question de l’indépendance nationale provoque des débats entre amis, en famille, dans les médias et, phénomène plus récent mais bien en place, dans les réseaux sociaux. Mais dans cette élection, ladite question nationale est à la base de réflexions un brin schizophréniques qui font parfois virer les débats en foire d’empoigne.

La conquête, les patriotes, la lutte contre les conscriptions des deux guerres mondiales, la naissance et la montée du mouvement indépendantiste, le Front de libération du Québec, la loi sur les mesures du guerre, deux référendums, la non-signature d’une constitution rapatriée; ne l’ébruitons pas, mais l’histoire du Canada repose un peu beaucoup sur celle du Québec. Et cette histoire fait en sorte que les Québécois sont, de façon générale, plus intéressés à la politique que les Canadiens du ROC.

Le Bloc II ou The return of the son of
Le retour inattendu de Gilles Duceppe comme chef du Bloc québécois a semblé brouiller les cartes au début de l’été, mais la tendance lourde qui menace la survie même de ce parti semble être revenue aussi vite, si l’on se fie aux derniers sondages, qui placent le NPD largement en avance au Québec. (voir note en fin d’article). On se demande ouvertement comment le Bloc peut croire que la déconfiture à l’élection de 2011 — passé de 49 à quatre élus et perte de près de la moitié de sa base électorale traditionnelle — n’a été qu’une erreur de parcours et que les électeurs reviendront au bercail sans même que le parti n’ait fait une réflexion profonde sur ses objectifs et sur sa pertinence. Et nul n’en doute, une deuxième collision dans le mur sera fatale au Bloc.

La défaite du parti indépendantiste dans une élection fédérale sera-t-elle un dur coup pour la cause même de l’indépendance et, par la bande, pour le Parti québécois ? Bien des fédéralistes le croient, l’espèrent et se frottent déjà les mains. Philippe Cafouillard fourbit ses armes. Mais pour plusieurs, dont je suis, l’éventuelle disparition du Bloc pourrait plutôt marquer le signal du grand rassemblement des forces indépendantistes au Québec. Car c’est au Québec et non à Ottawa que se fera l’indépendance.

Un petit bloc dans le grand bloc
Sans tomber dans le cours d’histoire, rappelons que le Bloc québécois a été fondé par le déserteur conservateur Lucien Bouchard en 1991, suite à l’échec de l’accord du Lac Meech, tombé sous les coups de Jarnac des Trudeau père, Chrétien, Clyde Wells et autres libéraux notoires. Deux ans plus tard, en 1993, le parti indépendantiste québécois devenait, avec 54 élus, l’opposition officielle au parlement fédéral. Un vrai vaudeville!

Le Bloc québécois ne devait exister que quelques années, le temps que le Québec se rende à son second référendum en 15 ans et qu’il accède éventuellement à la souveraineté. On connaît la suite : le référendum de 1995 a été perdu par la peau des dents et le Bloc s’est installé à demeure à Ottawa, obtenant de 1993 à 2011 la majorité des 75 sièges au Québec, en réussissant à convaincre les votants, élection après élection, que ses députés seraient toujours les meilleurs défenseurs des intérêts du Québec.

Mais pour plusieurs Québécois, un vote pour le Bloc représentait leur seul geste nationaliste et les justifiait de ne pas aller plus loin pour la cause. Une fois leur x fait dans le petit carré, ils pouvaient s’asseoir sur leur steak ou pire, voter au Québec, qui pour les libéraux, qui pour la CAQ-ADQ — à prononcer à voix haute !

Puis, à l’aube des années 2010, les questions — et remises en question — ont commencées. Est-ce qu’en élisant des députés du Bloc à Ottawa, on ne se retrouvait pas à valider, voire à renforcer ce fédéralisme qu’on contestait en y participant pleinement et en étant ainsi partie intégrante ? Que pouvait réellement faire un parti condamné à l’opposition avec 45, 50 ou même 75 députés dans un parlement en comptant plus de 300 ? Et finalement la question cruciale : la cause de la souveraineté du Québec avait-elle évolué grâce à la présence de députés indépendantistes à Ottawa ? Poser cette question, c’est y répondre.

Le raz-de-marée orange
Et paf — ou plutôt plouf ! — en 2011, une vague orange a submergé le Québec, tanné du Bloc et charmé par le sourire et la bonhommie d’un Jack Layton qui était, sans qu’on le sache, en fin de vie. Cinquante-neuf néo-démocrates, soit plus que le meilleur résultat du Bloc — 54, en 1993 et 2004 — ont été élus au Québec. Certains de ces élus ont d’ailleurs eu la surprise de leur vie, tant ils croyaient n’être candidats que sur papier.

Mais malgré cette vague orange, le parti conservateur de Stephen Harper a pu former un gouvernement majoritaire, en raison de l’appui massif des provinces du ROC. Puis, les quatre du Bloc se sont retrouvés trois, puis deux.

Vote stratégique ou… schizophrénique ?
Aujourd’hui, un grand nombre d’indépendantistes québécois se croient investis du devoir de sauver des griffes d’Harper ce Canada dont ils voudraient tant se séparer… Mais n’est-ce pas vouloir prendre sur ses épaules des responsabilités bien trop grandes pour une carcasse de minoritaire. Pas plus qu’en 2011, un vote massif pour le NPD au Québec ne délogera les conservateurs si le ROC continue de voter pour eux.

Et advenant le cas où le Bloc québécois réussissait à faire élire une vingtaine de députés — ce qui multiplierait par 10 sa représentation à la dissolution du gouvernement — il n’en demeurerait pas moins qu’un tout petit bloc dans le grand bloc canadien.

Schizophrénique, je vous dis!

Le meilleur des pires ?
Comme un premier pas en ce sens a déjà été fait en 2011, le vote pour le NPD de Thomas Tom Mulcair semble être pour plusieurs la voie à suivre. « Mulcair est un ennemi de la souveraineté, il s’est battu contre en 1980 et 1995 », clament des bloquistes. Mauvais argument. Tous les candidats au poste de Premier ministre du Canada le sont et c’est normal, peut-on répondre. L’ADN de Justin Trudeau porte le trademark de celui qui a envoyé l’armée au Québec en 1970 et nul ne sait jusqu’où pourrait aller Harper-le-militariste.

« Mulcair est favorable au projet de pipeline Énergie Est qui passera partout sur le territoire du Québec, avec tout ce que cela comporte comme risques environnementaux, pour apporter le pétrole sale des sables bitumineux albertains jusqu’à un port pétrolier en projet à Belledune, au Nouveau-Brunswick, sur le bord de la Baie-des-Chaleurs. » Voici une vraie de vraie épine au pied du chef néo-démocrate. Son discours au Québec est différent de celui qu’il tient dans l’ouest au sujet de ces projets que rejette la majorité des Québécois. Double langage, double face ?

Autre tache au dossier de Thomas Mulcair : il a flirté avec les conservateurs en 2007 pour devenir conseiller de Stephen Harper et il a candidement voté pour Philippe Couillard, chef du gouvernement de l’austérité, qui fait si mal aux régions. Vous avez dit social-démocrate ?

Voter NPD? Peut-être, mais en sachant bien pour qui et pour quoi l’on vote.

La hargne bleue
Par ailleurs, trop de militants indépendantistes sont des adeptes du Crois ou meurs; hors de notre parcours, point de salut! On peut croire à l’indépendance, mais plus au Bloc. Des indépendantistes comme Roméo Bouchard et Francine Pelletier se font harceler et insulter avec hargne quand ils expriment publiquement leur intention de voter stratégiquement pour le NPD avec l’intention louable de sortir les conservateurs de Harper. La guerre fratricide n’est pas très digne et elle fait plus de tort à l’intérieur des troupes que chez l’adversaire, qui rigole dans sa barbe.

Alors, pour qui on vote..?
Quoi qu’il en soit, qu’il vote bleu Bloc ou orange NPD, le Québec n’aura pas une si grande influence sur le résultat de l’élection. L’argument qui dit que ne pas voter NPD pourrait permettre aux conservateurs de se maintenir au pouvoir ne tient pas la route. Le Québec rejette depuis longtemps déjà ce parti de la droite chrétienne ultra réactionnaire. Sans doute qu’il en restera quelques résidus dans la ville de Québec — pour ma part, une défaite de l’immonde Steven Blainey dans Lévis-Bellechasse serait une première victoire —, mais ce n’est pas ici que se décidera l’éviction ou non d’Harper et ses troupes.

Les conservateurs ont été élus depuis 2006 par le ROC, à eux de les sortir, si c’est vraiment ce qu’il veulent.

Sans vouloir reprendre un slogan d’une dernière campagne, votons avec notre tête ET avec notre cœur.

Ce long article vous a aidé à choisir pour qui voter? J’en suis fort aise, et je vous laisse deviner pour qui je voterai…

Jacques Bérubé

NOTE : Au début octobre 2015, un sondage Léger Marketing-Le Devoir indique une importante remontée du Bloc québécois au détriment du NPD.

« La vague orange qui avait submergé le Québec en mai 2011 est en plein reflux. L’affaire du niqab a littéralement ressuscité le Bloc québécois qui, contre toute attente, est maintenant le choix de 30 % des électeurs francophones, 3 points devant le NPD, qui se retrouve pris sous un feu croisé.»
Michel David, Le Devoir, 3 octobre.

Le Temps des scabs

Par Jacques Bérubé

Il y a quelque chose de pervers dans le tournant que tente de faire prendre le gouvernement Charest au conflit qui l’oppose aux centaines de milliers d’étudiants qui poursuivent leur GRÈVE contre une hausse abusive — 75 % en cinq ans — des frais de scolarité. J’écris GRÈVE en majuscules pour faire ma petite part afin de redonner son sens à ce mot que, dans le climat qu’installent depuis quelques semaines les tenants de la hausse, gouvernement, recteurs, entrepreneurs et étudiants, on tend à remplacer par « boycott des cours », comme pour prétendre que les étudiants ne bloquent rien et qu’ils sont les seuls perdants dans ce conflit.

« On ne doit pas céder le pas à l’intimidation », a affirmé le premier ministre, avant de se demander : « Dans quelle sorte de société on vit, si on accepte que des personnes sont intimidées parce qu’elles veulent aller étudier? » M. Charest a rappelé que « le Québec venait de faire un gros débat dans le domaine de la construction, on ne veut pas ça pour ailleurs, dans un autre secteur d’activité ». Ah oui? Un gros débat dans le domaine de la construction ? Où ça ? Quand ça ? Le seul débat dont nous nous souvenons, ce sont les incessantes pressions qu’ont dû faire des représentants de presque tous les secteurs de la société québécoise pour que le gouvernement Charest accepte enfin de tenir une enquête publique sur la corruption dans cette industrie.

Cette déclaration de Jean Charest, qui associe un mouvement de grève dûment entériné en assemblée à de l’intimidation, comme celle de la ministre de l’Éducation, Line Beauchamp, qui affirme que le mouvement étudiant n’est pas un mouvement de grève et que les étudiants qui veulent assister à leurs cours sont en plein droit de le faire, pue le déni du droit de grève. S’il y a intimidation quelque part, elle est politique et vient du gouvernement Charest. On peut évoquer l’intimidation politique quand un gouvernement décrète qu’il faut tout mettre en oeuvre pour que les étudiants, qui sont contre la grève et/ou pour la hausse des frais et qui, est-il utile de le rappeler, sont MINORITAIRES au sens de la démocratie, puissent, comme le dit la ministre Beauchamp, « exercer leur droit de recevoir leurs cours ».

C’est ce genre de pensée, plus affairiste et économique que politique, qui pousse des étudiants à déposer, sur une base individuelle, des injonctions qui visent à forcer, qui les étudiants en grève à cesser le piquetage, qui les institutions scolaires et les professeurs à reprendre les cours. Ce type de comportement, foncièrement anti-syndical et anti-collectiviste, pourrait-il s’étendre dans le milieu du travail ? Verra-t-on des travailleurs judiciariser des conflits de travail en poursuivant leurs syndicats pour casser un mouvement de grève légale et retourner au travail ? À lire et entendre les réactions de Jean Charest et de Line Beauchamp, il y a tout lieu de croire que c’est ce qu’ils souhaitent.

Diviser pour régner et, qui plus est, diviser par son plus petit dénominateur, l’individu, est bel et bien l’avenue que le gouvernement de Jean Charest et de Line Beauchamp ont choisie de prendre pour mâter la contestation qui n’est plus qu’étudiante, mais bien sociétale et nationale.

De partout, des voix s’élèvent et des mouvements sociaux se forment pour, entre autres choses, réclamer la démission de Line Beauchamp. Elle ne démissionnera pas, loin s’en faut, mais, au mieux, elle se retrouvera sous peu sur les banquettes de l’opposition.

Bon vent, madame!

Neuf ans!

Par Jacques Bérubé

Neuf ans, voilà ce qui semble être devenu le cycle de rotation du pouvoir au Québec. Selon les derniers sondages et surtout, selon toute pertinence — commentaire non-partisan —, le parti Québécois reprendra le pouvoir aux prochaines élections et ce, de façon majoritaire, neuf ans après l’avoir perdu aux mains du parti Libéral de Jean Charest. Ledit Charest a beau se targuer d’être le premier à avoir gagné trois élections de suite depuis Maurice Duplessis — belle comparaison! —, il aura été au pouvoir durant neuf ans, comme avant lui le PQ (1994-2003), le PLQ (1985-1994) et le PQ (1976-1985).

Avant cette première accession au pouvoir par le PQ, en 1976, le gouvernement du PLQ, avec Robert Bourasse en tête, n’avait conservé le pouvoir que durant deux courts mandats de trois années, secoué qu’il était par les crises — Octobre 70 et la Loi sur les mesures de guerre — et les scandales de toute sorte, celui de la viande avariée au premier plan.
Donc, si la tendance se maintient, le trône québécois verra de près une nouvelle paire de fesses dans les prochains mois. Bonne nouvelle, surtout pour ceux — ils sont légion et j’en suis — qui n’en peuvent plus de Jean Charest et de ses manières de gouverner.

Le Québec rejoindra vraisemblablement quatre autres provinces ou territoires du Canada — le temps qu’il en fait toujours partie! — qui ont élu des femmes Premières ministres. Avec son expérience au pouvoir comme ministre de la Santé, de l’Éducation, des Finances et présidente du Conseil du Trésor, les capacités à diriger le Québec de Pauline Marois ne font pas trop douter. Elle pourra, en plus, surfer un certain temps sur la vague d’insatisfaction soulevée par le gouvernement Charest, jusqu’à ce qu’elle s’échoue sur la côte…

La partie s’annonce toutefois difficile pour celle qu’on appelle maintenant la dame de béton, sur la question de la souveraineté du Québec. Alors que les conservateurs de Stephen Harper construisent semaine après semaine un Canada qui devient de plus en plus contraire aux valeurs et aux aspirations des Québécois, il sera très intéressant de voir si madame Marois profitera de la situation pour faire progresser l’option souverainiste et comment, le cas échéant, elle préparera le terrain de l’affrontement politique avec le fédéral. Ceux qui étaient ses adversaires acharnés en raison de sa mollesse et qui tendent à revenir dans les rangs péquistes — sage décision — ne devraient pas la laisser manquer ce bateau, qui ne repassera pas de sitôt.